Reload page Reload page
 
 

Contact

Relations actionnaires

(France) N° vert
0800 16 61 79

 (international)
+33 (0)1 57 05 02 26

Relations investisseurs

Aude RODRIGUEZ
33 (0)1 40 62 57 08

Ludmilla Binet
33 (0)1 40 62 57 37

Muriel LEGERON
33 (0)1 40 62 50 18

Pierre-Germain MARLIER
33 (0)1 40 62 57 95

COMPANY DETAILS

Company name

Air Liquide

SIRET

55209628100019

ISIN

FR0000120073

Address

75, quai d'Orsay
75321 Paris

Phone

+33 (0)1 40 62 55 55

Fax

+33 (0)1 40 62 55 26

Compartment

A

Industry

Chimie de base

Website

www.airliquide.com

CALENDAR

Previous Month Septembre 2020 Next Month
Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
   1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30   

FEEDS

My RSS
My Google
Microsoft Live
My Yahoo

AIR LIQUIDE

Air Liquide

Company : Air Liquide ISIN : FR0000120073
Document type : Information périodique/Information 1er trimestre
Publication date : 24/04/2020 05:20:00

Compartment : Compartiment A
Wire : Business Wire

Air Liquide - 1er trimestre 2020 : Croissance des ventes de +1% confirmant la solidité du modèle d’affaires et la mobilisation du Groupe face à l’épidémie de Covid-19

Regulatory News:

Air Liquide (Paris:AI):

Chiffres clés (en millions d'euros)

T1 2020

2020/2019
publié

2020/2019
comparable (a)

Chiffre d’affaires Groupe

5?370

- 1,3 %

+ 0,6 %

dont Gaz & Services

5?191

- 0,9 %

+ 1,1 %

dont Ingénierie & Construction

52

- 43,2 %

- 44,0 %

dont Marchés Globaux & Technologies

127

+ 14,4 %

+ 13,6 %

(a) Variation hors effets de change, d’énergie (gaz naturel et électricité) et de périmètre significatif, voir réconciliation en annexe.

Commentant l’activité du 1er trimestre 2020, Benoît Potier, Président-Directeur Général du groupe Air Liquide a déclaré :

« Ce premier trimestre est enlégère croissance malgré la propagation à l’ensemble du monde de l’épidémie de Covid-19 à partir du mois de janvier, avec pour corollaire la mise en place dans le Groupe de plans de continuité d’activité dans la quasi totalité des branches d’activités.

Les ventes atteignent 5,4 milliards d’euros, dont 5,2 milliards pour l’activité Gaz & Services, en croissance de+ 1,1 % en comparable. Cette bonne tenue des ventes reflète lasolidité du modèle économique du Groupe, caractérisé par la diversitéde ses marchés et de ses géographies, ainsi que la part importante de contrats de long terme. Ainsi, Gaz & Services et Marchés Globaux & Technologies progressent ; l’activité Ingénierie & Construction est elle en fort repli, reflétant notamment le report des chantiers pour les clients tiers à une date ultérieure.

En Gaz & Services, 96 % de l’activité du Groupe, la croissance est particulièrement forte dans les activités Santé à + 10 % et en Électronique. Sur le plan géographique, l’Europe et les Amériques restent en croissance, tandis que la zone Asie-Pacifique a été plus pénalisée par la situation sanitaire, notamment en Chine.

Dans le contexte d’urgence sanitaire mondiale, le Groupe se mobilise. D’une part pour participer à l'effort de solidarité internationale, qu’il s’agisse de l’approvisionnement des établissements de soins en oxygène médical ou en respirateurs, avec notamment l’engagement de produire en France 10 000 respirateurs en 50 jours. D’autre part, un programme renforcé de contrôle des coûts a été initié pour aller au delà de l’objectif annuel de 400 millions d’euros d’efficacités. Au 1er trimestre, 91 millions d’euros d’efficacités ont été générés.

Le cash flow, quant à lui, est élevé et s’établit à plus de 22 % des ventes. Par ailleurs, le Groupe a renforcé sa position en termes de liquidités avec une émission obligataire, largement sursouscrite, de 1 milliard d’euros en mars.

Les décisions d’investissement du trimestre demeurent élevées à plus 700 millions d’euros. L’enveloppe prévue pour l’année est maintenue, dans le cadre d’une approche très ciblée. Ces investissements contribueront à la croissancefuture et au renforcement de l’efficacitédu Groupe.

En matière d’environnement sanitaire et économique, l’hypothèse la plus largement partagée aujourd’hui est celle d’un second trimestre très impacté par la crise, puis d’une levée progressive des mesures de confinement entre la fin du deuxième et le début du troisième trimestre, selon les continents. Dans cette hypothèse, compte tenu de la solidité de son modèle et des mesures mises en place en 2020, Air Liquide est néanmoins confiant dans sa capacité à augmenter à nouveau sa marge opérationnelle et à réaliser un résultat net proche de celui de 2019, à taux de change constant. »

Faits marquants du 1er trimestre 2020

  • Santé : Mobilisation des équipes Air Liquide Santé partout dans le monde contre le Covid-19 notamment pour fournir de l’oxygène médical. Triplement de la production de respirateurs en France. Formation d’une alliance pilotée par Air Liquide avec les groupes industriels Groupe PSA, Valeo et Schneider Electric pour produire 10 000 respirateurs de réanimation Air Liquide Medical Systems en cinquante jours, dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19. En Santé à domicile, lancement de l’accompagnement des patients diabétiques en Allemagne et au Benelux.
  • Grande Industrie : Renforcement du partenariat avec BASF à Anvers avec trois nouveaux contrats de long terme. Ces nouveaux contrats s’inscrivent dans une démarche visant une faible empreinte carbone, en ligne avec les Objectifs climat du Groupe.
  • Innovation : Nouvelles signatures de contrats d’équipements cryogéniques basés sur la technologie Turbo-Brayton, soit une cinquantaine de contrats en deux ans. Cette technologie permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre des méthaniers. Renouvellement du partenariat avec Solidia Technologies, qui développe des solutions, à base de CO2, réduisant l’empreinte environnementale du béton préfabriqué.
  • Environnement : Attribution par le CDP, une organisation à but non lucratif, d’une double note “A” à Air Liquide, pour le reporting de ses actions en matière de gestion durable de l’eau d’une part, et pour son action en matière de lutte contre le changement climatique d’autre part. Publication d’une étude sur la compétitivité des solutions hydrogène par le Conseil de l’hydrogène, qui compte désormais 80 membres.
  • Corporate : Lancement avec succès d’une double émission obligataire long terme d’un total de 1 milliard d’euros. Entrée en négociations exclusives avec Hivest Capital Partners en vue de la cession de CRYOPDP. Entrée en négociations exclusives avec Messer en vue de la cession des entités Air Liquide de République tchèque et Slovaquie. En avril, Air Liquide a annoncé être entré en négociations exclusives avec EQT en vue d’une cession de schülke.

 

Le chiffre d’affaires du Groupe s’établit à 5 370 millionsd’euros au 1ertrimestre 2020. En dépit de la crise sanitaire qui a fortement affecté la Chine, puis l’Europe mi mars et enfin l’Amérique et l’Afrique Moyen Orient fin mars, les ventes sont en croissance comparable de + 0,6 % grâce à la solidité du modèle d’affaires. L’activité Gas & Service affiche ainsi une progression robuste de +1,1 %. L’Ingénierie & Construction (-44,0%) est impactée par la pandémie du COVID-19 qui a entraîné notamment la fermeture du centre d’ingénierie et de fabrication chinois et le report de quelques mois de plusieurs projets. L’activité Marchés Globaux & Technologies poursuit son fort développement et affiche une croissance dynamique de + 13,6 %. L’effet de change positif de +0,8% ne compensant pas un fort effet d’énergie négatif de -2,5% ni l’effet périmètre significatif de - 0,2 %, le chiffre d’affaires publié du Groupe est en retrait de -1,3%.

Le chiffre d’affaires Gaz & Services du 1ertrimestre 2020 atteint 5 191 millions d’euros, en croissance comparable de + 1,1 %. Les ventes publiées sont en léger retrait de - 0,9 %, l’effet de change positif (+0,8%) ne compensant pas les effets défavorables d’énergie et de périmètre significatif, de -2,6% et -0,2% respectivement.

  • Le chiffre d’affaires Gaz & Services de la zone Amériques s’établit à 2 122 millions d’euros et progresse de + 1,3 %, soutenu notamment par la Santé (+10,0%) et la Grande Industrie (+2,7%) en particulier les ventes d’hydrogène et l’activité cogénération. En dépit de la crise sanitaire qui a affecté la région à partir de fin mars, les ventes de l’activité Électronique affichent une hausse de +0,6% et celles de l’Industriel Marchand sont stables à -0,2%, avec des effets prix qui restent élevés.
  • En hausse de +2,7% sur le trimestre, le chiffre d’affaires de la zone Europe atteint 1791millions d’euros. Les ventes de la Grande Industrie sont en léger retrait de - 0,6 %. L'activité Industriel Marchand, en baisse de - 2,7 %, est la plus touchée par la crise sanitaire qui a affecté la région à partir de mi-mars. La Santé, qui représente 39 % des ventes Gaz et Services en Europe, est très impliquée dans le combat contre le COVID-19. Son chiffre d’affaires progresse de + 10,8 %, soutenu par de fortes ventes de gaz médicaux en mars mais aussi de gels hydroalcooliques médicaux produits par sa filiale Schülke en Allemagne.
  • Le chiffre d’affaires en Asie-Pacifique s’établit à 1 139 millionsd’euros, en retrait de -0,9%. C’est la zone qui a subi l’impact le plus fort de la pandémie du COVID-19 au 1er trimestre, notamment en Chine où les ventes sont en recul de - 2,5 %. La Grande Industrie (- 2,1 %) bénéficie de la résilience de son modèle d’affaires alors que l’activité Industriel Marchand (- 5,3 %) est la plus affectée. L’activité Électronique reste très dynamique (+ 4,9 %), avec plusieurs démarrages et montées en puissance d’unités et malgré un effet de comparaison défavorable par rapport aux ventes élevées d'Équipement & Installations en 2019.
  • Le chiffre d’affaires de la zone Moyen-Orient et Afrique atteint 139 millions d’euros, en baisse de - 5,8 %,significativement affecté par un arrêt client pour maintenance sur une grande unité de production d’hydrogène en Arabie saoudite. Dans une moindre mesure, l’Industriel Marchand est également ralenti à la suite des mesures de confinement dans les pays du Golfe Persique et en Afrique du sud même si les ventes restent globalement stables en Afrique et progressent en Egypte et en Inde. Le fort développement des activités de la Santé se poursuit, notamment en Arabie saoudite.

Très impliquée dans le combat contre le COVID-19, la Santé affiche la plus forte progression du Groupe pour le trimestre (+9,9%). La branche d’activité Électronique présente également une croissance très solide +3,6% (+9,8 % hors Équipements & Installations),bénéficiant de ventes très dynamiques de Gaz vecteurs et de Matériaux avancés. La branche d’activité Industriel Marchand (- 1,5 %) est la plus impactée par la crise sanitaire, en particulier les volumes de gaz en bouteilles mais les effets prix restent soutenus à +3,0%. La Grande Industrie (- 0,8%) bénéficie de volumes d’hydrogène en hausse pour le raffinage alors que les volumes de gaz de l’air sont en baisse, la demande étant plus faible dans la Sidérurgie et dans une moindre mesure la Chimie.

Le chiffre d’affaires consolidé de l’Ingénierie & Construction s’établit à 52 millions d’euros, impacté par la pandémie du COVID-19 qui a entraîné notamment la fermeture du centre d’ingénierie chinois pendant un mois et le report de quelques mois de plusieurs projets.

Le chiffre d’affaires de l’activité Marchés Globaux & Technologies s’établit à 127 millions d’euros, en forte croissance de + 13,6 %, alors que plusieurs sites de fabrication opèrent provisoirement avec un personnel réduit. L’activité biogaz reste très dynamique, en particulier avec plusieurs démarrages aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. Les prises de commandes s’élèvent à 209 millions d’euros, en forte hausse de + 64,2 %, supportée par d’importants contrats pour des réfrigérateurs cryogéniques d'hélium, et des reliquéfacteurs de GNL (Gaz Naturel Liquéfié) Turbo-Brayton.

Les gains d’efficacité du Groupe atteignent 91 millions d’euros et représentent une hausse de+ 18 % par rapport au 1er trimestre 2019, bénéficiant notamment d’une contribution accrue de la zone Amériques. L’objectif annuel désormais fixé à plus de 400 millions d’euros est maintenu pour 2020. Un programme additionnel visant à ajuster les coûts fixes a été mis en place dans les géographies en réponse à la crise sanitaire, et une attention particulière est portée sur le suivi des créances client.

La capacité d'autofinancement avant variation du besoin en fonds de roulement atteint 1 196 millions d’euros au 1er trimestre, soit 22,3 % des ventes. Elle permet notamment d’assurer le financement des investissements industriels nets qui s’établissent à 714 millions d’euros, en ligne avec le plan stratégique moyen-terme.

Au 1er trimestre 2020, les décisions d’investissement industriel s’élèvent à 673 millions d’euros et affichent une forte hausse de plus de + 40 % par rapport au 1er trimestre 2019. La branche d’activité Électronique atteint un niveau d’investissement record et représente plus d’un tiers des décisions grâce à la signature de projets majeurs en Asie. Le portefeuille d’opportunités d’investissement à 12 mois s’établit à 2,7 milliards d’euros.

Du fait de la propagation du COVID-19 et sur la base des informations disponibles à la fin du 1er trimestre, environ 25 % des démarrages initialement prévus en 2020 seront très probablement retardés de 2 à 6 mois. Par conséquent, la contribution additionnelle aux ventes attendue pour l’année 2020 devrait être comprise entre 150 et 180 millions d’euros, un montant inférieur à la contribution de 230 millions d’euros initialement prévue.

A la fin du 1er trimestre 2020, l’activité est en cours de reprise en Chine, alors que les zones Europe, Amériques et Afrique Moyen-Orient traversent la phase critique de la crise sanitaire, dont les effets les plus importants sont anticipés au 2ème trimestre.

En effet, au 2ème trimestre la demande en gaz de l’air dans la Grande Industrie devrait être plus faible dans la Sidérurgie et dans une moindre mesure la Chimie. L’activité Industriel Marchand devrait être la plus affectée, en particulier les volumes de gaz en bouteilles, alors que l’Électronique devrait maintenir son niveau d’activité. Les équipes de la Santé resteront fortement mobilisées, notamment pour assurer l’approvisionnement des hôpitaux et des patients en gaz médicaux, respirateurs, et en gels hydroalcooliques.

Une fois la période de confinement terminée, une reprise progressive est anticipée, soutenue en particulier par les marchés de la consommation, l'Électronique et la Santé.

En matière d’environnement sanitaire et économique, l’hypothèse la plus largement partagée aujourd’hui est celle d’un second trimestre très impacté par la crise, puis d’une levée progressive des mesures de confinement entre la fin du deuxième et le début du troisième trimestre, selon les continents. Dans cette hypothèse, compte tenu de la solidité de son modèle et des mesures mises en place en 2020, Air Liquide est néanmoins confiant dans sa capacité à augmenter à nouveau sa marge opérationnelle et à réaliser un résultat net proche de celui de 2019, à taux de change constant.

Il convient de noter que le résultat net 2020 publié devrait être en croissance si le projet de cession de la filiale Schülke se réalise pendant l’année. Le résultat net récurrent 2020, c'est à dire hors plus value liée à la cession de Schülke et hors éléments exceptionnels significatifs, devrait être proche du résultat net récurrent 2019 à taux de change constant.

Analyse du chiffre d’affaires du 1er trimestre 2020

Sauf mention contraire, les variations du chiffre d’affaires commentées ci-dessous sont toutes des variations à données comparables, hors effets de change, d’énergie (gaz naturel et électricité) et de périmètre significatif.

CHIFFRE D’AFFAIRES

Chiffre d'affaires

(en millions d'euros)

T1 2019

T1 2020

Variation
2020/2019
publiée

Variation
2020/2019
comparable

Gaz & Services

5?237

5?191

- 0,9 %

+ 1,1 %

Ingénierie & Construction

93

52

- 43,2 %

- 44,0 %

Marchés Globaux & Technologies

111

127

+ 14,4 %

+ 13,6 %

CHIFFRE D'AFFAIRES TOTAL

5?441

5?370

- 1,3 %

+ 0,6 %

Groupe

Le chiffre d’affaires du Groupe s’établit à 5 370 millionsd’euros au 1ertrimestre 2020. En dépit de la crise sanitaire qui a fortement affecté la Chine, puis l’Europe mi mars et enfin l’Amérique et l’Afrique Moyen Orient fin mars, les ventes sont en croissance de + 0,6 % grâce à la solidité du modèle d’affaires. L’activité Gas & Service affiche ainsi une progression robuste de + 1,1 %. L’Ingénierie & Construction (-44,0%) est impactée par la pandémie du COVID-19 qui a entraîné notamment la fermeture du centre d’ingénierie et de fabrication chinois et le report de quelques mois de plusieurs projets. L’activité Marchés Globaux & Technologies poursuit son fort développement et affiche une croissance dynamique de + 13,6 %. L’effet de change positif de +0,8% ne compensant pas un fort effet d’énergie négatif de -2,5% et l’effet périmètre significatif de - 0,2 %, le chiffre d’affaires publié du Groupe est en retrait de -1,3%.

Gaz & Services

Le chiffre d’affaires Gaz & Services du 1ertrimestre 2020 atteint 5 191 millions d’euros, en croissance comparable de + 1,1 %. Très impliquée dans le combat contre le COVID-19, la Santé affiche la plus forte progression du Groupe pour le trimestre (+9,9%). La branche d’activité Électronique présente également une croissance très solide +3,6% (+9,8 % hors Équipements & Installations),bénéficiant de ventes très dynamiques de Gaz vecteurs et de Matériaux avancés. La branche d’activité Industriel Marchand (- 1,5 %) est la plus impactée par la crise sanitaire, en particulier les volumes de gaz en bouteilles mais les effets prix restent soutenus à +3.0%. La Grande Industrie (- 0,8%) bénéficie de volumes d’hydrogène en hausse pour le raffinage mais les volumes de gaz de l’air sont en baisse, la demande étant plus faible dans la Sidérurgie et dans une moindre mesure la Chimie. Les ventes publiées sont en léger retrait de - 0,9 %, l’effet de change positif (+0,8%) ne compensant pas les effets défavorables d’énergie et de périmètre significatif, de -2,6% et -0,2% respectivement.

Chiffre d'affaires par géographie et branche d'activité
(en millions d’euros)

T1 2019

T1 2020

Variation
2020/2019
publiée

Variation
2020/2019
comparable

Amériques

2?069

2?122

+ 2,5 %

+ 1,3 %

Europe

1?829

1?791

- 2,1 %

+ 2,7 %

Asie-Pacifique

1?194

1?139

- 4,5 %

- 0,9 %

Moyen-Orient et Afrique

145

139

- 4,5 %

- 5,8 %

CHIFFRE D'AFFAIRES GAZ & SERVICES

5?237

5?191

- 0,9 %

+ 1,1 %

Grande Industrie

1?490

1?294

- 13,1 %

- 0,8 %

Industriel Marchand

2?365

2?402

+ 1,5 %

- 1,5 %

Santé

897

982

+ 9,5 %

+ 9,9 %

Électronique

485

513

+ 5,7 %

+ 3,6 %

Amériques

Le chiffre d’affaires Gaz & Services de la zone Amériques s’établit à 2 122 millions d’euros et progresse de + 1,3 %, soutenu notamment par la Santé (+10,0%) et la Grande Industrie (+2,7%) en particulier les ventes d’hydrogène et l’activité cogénération. En dépit de la crise sanitaire qui a affecté la région à partir de fin mars, les ventes de l’activité Électronique affichent une hausse de +0,6% et celles de l’Industriel Marchand sont stables à -0,2%, avec des effets prix qui restent élevés.

Chiffre d’affaires T1 2020 Gaz & Services - Amériques

  • Le chiffre d’affaires de la Grande Industrie progresse de + 2,7 %. En Amérique du Nord, la demande en hydrogène pour le raffinage est élevée et l’activité cogénération est en forte hausse. L’activité reste dynamique en Amérique latine, soutenue par une forte demande et la contribution de nouveaux contrats.
  • Les ventes en Industriel Marchand sont stables (- 0,2 %). Aux Etats-Unis, l’activité est soutenue par la croissance des ventes de gaz qui compense le recul des produits associés au gaz, impactés plus fortement par le ralentissement des secteurs industriels comme la Construction et la Fabrication métallique. Les marchés liés à la consommation tels que l’Alimentaire et la Pharmacie et le secteur de la Recherche poursuivent leur croissance. Au Canada, les volumes d’azote liquide sont affectés par le ralentissement des activités d’exploration pétrolière lié à la chute du prix du pétrole. L’Amérique du Sud maintient une croissance à deux chiffres soutenue notamment par des ventes de gaz sous forme liquide en forte hausse. Les effets prix restent élevés (+ 3,9 %). L’impact de la situation sanitaire sur l’activité de la zone est modeste, sensible seulement à partir de la dernière semaine de mars.
  • Le chiffre d’affaires de la Santé progresse de + 10,0 %,les ventes de Gaz médicaux étant en forte croissance sur l’ensemble de la zone et plus particulièrement aux Etats-Unis. L’Amérique latine poursuit son développement très dynamique avec des volumes en forte hausse notamment en Argentine et au Brésil, et une croissance à deux chiffres de la Santé à domicile.
  • Le chiffre d’affaires de l’Électronique augmente de + 0,6 %. La croissance des ventes de Gaz vecteurs et de services compense la baisse des ventes d'Équipements & Installations qui étaient très élevées au 1er trimestre 2019.

Europe

En hausse de +2,7% sur le trimestre, le chiffre d’affaires de la zone Europe atteint 1791millions d’euros. Les ventes de la Grande Industrie sont en léger retrait de - 0,6 %. L'activité Industriel Marchand, en baisse de - 2,7 %, est la plus touchée par la crise sanitaire qui a affecté la région à partir de mi-mars. La Santé, qui représente 39 % des ventes Gaz et Services en Europe, est très impliquée dans le combat contre le COVID-19. Son chiffre d’affaires progresse de + 10,8 %, soutenu par de fortes ventes de gaz médicaux en mars mais aussi de gels hydroalcooliques médicaux produits par sa filiale Schülke en Allemagne.

Chiffre d’affaires T1 2020 Gaz & Services - Europe

  • Le chiffre d’affaires de la Grande Industrie est en léger retrait de - 0,6 %, affecté notamment par un incident sur un site de production en Allemagne. L’activité hydrogène bénéficie d’une forte demande des raffineurs au Benelux et compense partiellement la demande plus faible de la Sidérurgie en oxygène et dans une moindre mesure de la Chimie. A l’Est, les ventes de gaz de l’air sont en hausse, notamment en Pologne et en Russie.
  • Les ventes en Industriel Marchand reculent de - 2,7 %. L’activité est fortement affectée par la crise sanitaire, notamment les ventes de gaz en bouteilles ou sous forme liquide. Les ventes sont en recul important en France et en Italie, et dans une moindre mesure en Espagne. La croissance est robuste au Benelux et en Scandinavie, ainsi qu’en Europe de l’Est qui maintient une progression des ventes à deux chiffres. Les effets prix restent soutenus à + 1,8 %.
  • Très impliquée dans le combat contre le COVID-19, la Santé progresse de + 10,8 % soutenue notamment par les ventes de gels hydroalcooliques médicaux de sa filiale Schülke, en hausse de plus de 30 %. Les ventes d’oxygène médical sont en forte augmentation, particulièrement depuis le mois de mars. La production de respirateurs par la filiale française Air Liquide Medical Systems est aussi en très forte croissance. L’activité Santé à domicile reste très dynamique avec notamment une augmentation significative du nombre de patients diabétiques suivis en Scandinavie, en France et au Royaume-Uni.

Europe

  • Air Liquide et BASF, un leader mondial de la chimie, ont signé début février trois nouveaux contrats de long terme dans le bassin d’Anvers (Belgique). Air Liquide fournit du gaz à BASF depuis plus de 50 ans dans ce bassin industriel majeur et exploite actuellement cinq usines de production sur ce site. Ces nouveaux contrats s’inscrivent dans une démarche visant une faible empreinte carbone, en ligne avec les Objectifs climat du Groupe.

 

  • Devant le besoin impérieux de disposer de davantage de respirateurs sur le territoire national, le Gouvernement a demandé le 22 mars 2020 à un groupement d'industriels français, piloté par Air Liquide, d'étudier la possibilité d’augmenter la production de respirateurs pour fournir 10 000 respirateurs en 50 jours, de début avril à mi-mai. En réponse à cette sollicitation, les sociétés Air Liquide, Groupe PSA, Schneider Electric et Valeo ont mis en place un groupe de travail d'une trentaine d’experts en achats et industrialisation afin de définir le plan d’actions nécessaire pour augmenter la production des respirateurs Air Liquide Medical Systems déjà référencés par de nombreux hôpitaux en France et à l’étranger. Ce défi industriel fera également appel à la contribution exceptionnelle de 100 entreprises partenaires pour assurer la fourniture des 300 composants essentiels à la fabrication de ces équipements médicaux.

 

Asie-Pacifique

Le chiffre d’affaires en Asie-Pacifique s’établit à 1 139 millionsd’euros, en retrait de -0,9%. C’est la zone qui a subi l’impact le plus fort de la pandémie du COVID-19 au 1er trimestre, notamment en Chine où les ventes sont en recul de - 2,5 %. La Grande Industrie (- 2,1 %) bénéficie de la résilience de son modèle d’affaires alors que l’activité Industriel Marchand (- 5,3 %) est la plus affectée. L’activité Électronique reste très dynamique (+ 4,9 %), avec plusieurs démarrages et montées en puissance d’unités et malgré un effet de comparaison défavorable par rapport aux ventes élevées d'Équipement & Installations en 2019.

Chiffre d’affaires T1 2020 Gaz & Services - Asie-Pacifique

  • Les ventes de la Grande Industrie reculent de -2,1% sur la zone et de- 0,9 % en Chine.Le confinement lié à la crise sanitaire provoqueun ralentissement de l’activité, affectant notamment les ventes de gaz de l’air en Chine et d’hydrogène en Corée du Sud. Les ventes pour la Sidérurgie restent faibles au Japon.
  • Le chiffre d’affaires de l'Industriel Marchand recule de - 5,3 % et représente l’activité la plus touchée, notamment en Chine (- 11,3 %). Les volumes de gaz en bouteilles ou sous forme liquide ont été particulièrement perturbés pendant le pic du COVID-19 en Chine mais l’activité est rétablie depuis fin mars à environ 85 % de son niveau nominal. Par ailleurs, l’activité est faible au Japon et les ventes d’hélium ralentissent dans la zone. Enfin, les effets prix restent soutenus à +1,0%.
  • Dans ce contexte, les ventes de l'Électronique sont en forte hausse de + 4,9 % et de + 13,0 % en excluant les ventes d’Équipements & Installations qui étaient exceptionnellement élevées au 1er semestre 2019. L’activité est restée très dynamique avec un taux de charge proche du niveau normal, même en Chine (+ 4,6 % et + 17,1 % hors E&I) au plus fort de la pandémie. La zone affiche une croissance à deux chiffres des ventes de Gaz vecteurs et de Matériaux avancés, soutenue notamment par la montée en puissance d’un contrat majeur de Matériaux avancés en Corée du Sud, et d’unités de production de Gaz vecteurs en Chine, au Japon, à Taïwan et à Singapour.

Moyen-Orient et Afrique

Le chiffre d’affaires de la zone Moyen-Orient et Afrique atteint 139 millions d’euros, en baisse de - 5,8 %,significativement affecté par un arrêt client pour maintenance sur une grande unité de production d’hydrogène en Arabie saoudite. Dans une moindre mesure, l’Industriel Marchand est également ralenti à la suite des mesures de confinement dans les pays du Golfe Persique et en Afrique du sud même si les ventes restent globalement stables en Afrique et dynamiques en Egypte et en Inde. Le fort développement des activités de la Santé se poursuit, notamment en Arabie saoudite.

Ingénierie & Construction

Le chiffre d’affaires consolidé de l’Ingénierie & Construction s’établit à 52 millions d’euros, impacté par la pandémie du COVID-19 qui a entraîné notamment la fermeture du centre d’ingénierie chinois pendant un mois et le report de quelques mois de plusieurs projets. Les ventes aux clients tiers sont en baisse de - 44 % par rapport au 1er trimestre 2019 mais les ventes totales présentent un recul plus modéré de - 16 %, les ressources étant principalement allouées aux projets internes pour la Grande Industrie et l'Électronique.

Les prises de commandes atteignent 83 millions d’euros et proviennent d’Asie pour presque 60 %. Il s’agit principalement d’unités de séparation des gaz de l’air et d’unités de production d’azote ultra-pur pour l’industrie des semi-conducteurs, pour le Groupe ou des clients tiers.

Marchés Globaux & Technologies

Le chiffre d’affaires de l’activité Marchés Globaux & Technologies s’établit à 127 millions d’euros, en forte croissance de + 13,6 %, alors que plusieurs sites de fabrication opèrent provisoirement avec un personnel réduit depuis mi-mars, du fait de la crise sanitaire. Les ventes d’équipements à haute valeur ajoutée technologique sont en croissance à deux chiffres, notamment ceux utilisant la technologie Turbo-Brayton, permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre grâce à la reliquéfaction du gaz naturel lors de son transport maritime sous forme de GNL (Gaz Naturel Liquéfié). L’activité biogaz reste très dynamique, en particulier avec le démarrage d’unités de production de biométhane aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.

Les prises de commandes pour les projets Groupe et pour les clients tiers s’élèvent à 209 millions d’euros, en forte hausse de + 64,2 %, supportée par d’importants contrats pour des réfrigérateurs cryogéniques d'hélium, et des reliquéfacteurs de GNL Turbo-Brayton.

Marchés Globaux & Technologies

  • Air Liquide poursuit ses ventes d’équipements cryogéniques Turbo-Brayton avec une cinquantaine d’équipements vendus au cours des deux dernières années pour une valeur totale de près de 180 millions d’euros. La technologie développée par Air Liquide, fondée sur le principe physique Turbo-Brayton, permet de re-liquéfier les évaporations de gaz naturel liquéfié sur les navires qui transportent ce produit et de réduire significativement les émissions de gaz à effet de serre lors du transport.

 

Cycle d’investissement

DÉCISIONS D’INVESTISSEMENT ET INVESTISSEMENTS EN COURS

Au 1er trimestre 2020, les décisions d’investissement industriel et financier atteignent 719 millions d’euros. Elles se comparent à un 1er trimestre 2019 exceptionnellement élevé de 862 millions d’euros qui inclut l'acquisition de la société Tech Air aux Etats-Unis pour plus de 350 millions d’euros.

Les décisions d’investissement industriel s’élèvent à 673 millions d’euros et affichent une forte hausse de plus de + 40 % par rapport au 1er trimestre 2019. La branche d’activité Électronique atteint un niveau d’investissement record et représente plus d’un tiers des décisions grâce à la signature de projets majeurs en Asie. Près de 30 % des décisions industrielles contribuent aux Objectifs climat et 15 % participent à l’amélioration des marges (efficacités). Le Groupe poursuit également ses investissements dans la transformation digitale notamment dans la Santé à domicile et la Grande Industrie. Toutefois, la dynamique d’investissement s’est ralentie en fin de trimestre du fait de l’extension de la crise sanitaire à l’Europe puis l’Amérique.

Les décisions d’investissement financier atteignent 46 millions d’euros et incluent principalement des petites acquisitions dans la Santé à domicile en Europe et dans l’Industriel Marchand aux Etats-Unis et en Chine.

Les investissements en cours d’exécution (« investment backlog ») sont stables à 2,8 milliards d’euros, les nouvelles décisions d’investissement compensant les démarrages de nouvelles unités. Le marché du Pétrole et du Gaz représente moins de 15 % des investissements en cours d’exécution et la part de l’activité Électronique est en hausse. Ces investissements devraient apporter une contribution future aux ventes annuelles d’environ 0,9 milliard d’euros par an après montée en puissance complète, ce qui est stable par rapport au 4ème trimestre 2019.

Partenariat

  • Au terme d’une phase pilote réussie, Air Liquide a renouvelé fin Janvier son partenariat avec Solidia Technologies, qui développe des solutions réduisant l’empreinte environnementale du béton préfabriqué. L’empreinte carbone du béton innovant Solidia Concrete est jusqu’à 70 % inférieure à celle d’un béton traditionnel.

 

DÉMARRAGES

8 démarrages ont été réalisés au 1er trimestre 2020. Il s’agit notamment d’une nouvelle unité de production d’hydrogène pour la Grande Industrie alimentant un réseau de canalisations dans un bassin industriel majeur en Corée du Sud, d’unités de production d’azote ultra-pur en Asie pour l'Électronique et d’unités de production de biométhane aux Etats-Unis et au Royaume Uni pour l’activité Marchés Globaux & Technologies. Par ailleurs, une unité de production de krypton et xénon a démarré en Afrique du Sud pour fournir la forte demande en gaz rares notamment pour l’électronique et l’aérospatial. Elle est installée sur la plus grande unité de production d’oxygène du monde, gérée et exploitée par Air Liquide.

La contribution additionnelle aux ventes des montées en puissance et des démarrages d’unités s’élève à 32 millions d’euros au 1er trimestre 2020.

Du fait de la propagation du COVID-19 et sur la base des informations disponibles à la fin du 1er trimestre, environ 25 % des démarrages initialement prévus en 2020 seront très probablement retardés de 2 à 6 mois. Par conséquent, la contribution additionnelle aux ventes attendue pour l’année 2020 devrait être comprise entre 150 et 180 millions d’euros, un montant inférieur à la contribution de 230 millions d’euros initialement prévue.

OPPORTUNITÉS D’INVESTISSEMENT

Le portefeuille d’opportunités d’investissement à 12 mois s’établit à 2,7 milliards d’euros.

La zone Europe reste la première géographie au sein du portefeuille avec près du tiers des opportunités, suivie de près par l’Asie, puis les Amériques et le Moyen Orient & Afrique qui présentent des niveaux d’opportunités similaires.

Les opportunités viennent principalement de la Grande Industrie qui représente près des deux tiers du portefeuille et de nouveaux projets de développement de l’activité gaz en bouteilles pour Industriel Marchand en Europe de l’Est.

Pour plus de la moitié des projets, l’investissement est inférieur à 50 millions d’euros, et il est supérieur à 100 millions d’euros pour 5 d’entre eux. Plus de 25% du montant des opportunités contribue aux Objectifs climat.

La propagation du COVID-19 se traduit notamment par une baisse du nombre de nouveaux projets entrant dans le portefeuille ainsi que par le report à plus de 12 mois de plusieurs projets, qui sortent ainsi du portefeuille. Ces deux effets combinés, expliquent la baisse d’environ 200 millions d’euros du portefeuille d’opportunités d’investissement à 12 mois par rapport à fin 2019, de 2,9 à 2,7 milliards d’euros.

Performance opérationnelle

Les gains d’efficacité du Groupe atteignent 91 millions d’euros et représentent une hausse de+ 18 % par rapport au 1er trimestre 2019, bénéficiant notamment d’une contribution accrue de la zone Amériques. L’objectif annuel désormais fixé à plus de 400 millions d’euros est maintenu pour 2020 malgré la crise sanitaire.

Les efficacités proviennent pour environ 50 % de projets industriels qui visent à diminuer les coûts logistiques, en particulier aux Etats-Unis et au Japon, et à optimiser les opérations des unités de production, notamment la maintenance. La contribution de l’ensemble des initiatives liées au déploiement d’outils digitaux continue d’augmenter, avec notamment le démarrage au Brésil d’un nouveau centre d’opération à distance (Smart Innovative Operations, SIO) des unités de production Grande Industrie d’Amérique Latine. Les gains sur achats représentent plus de 25 % des efficacités et sont principalement liés aux achats de transport en Industriel Marchand aux Etats-Unis, de matériels pour la Santé en Europe et de molécules en Électronique. Le solde des efficacités correspond essentiellement à des efficacités administratives et des réorganisations avec notamment le déploiement de centres de services partagés.

Un programme additionnel visant à ajuster les coûts fixes a été mis en place dans les géographies en réponse à la crise sanitaire, et une attention particulière est portée sur le suivi des créances client.

La capacité d'autofinancement avant variation du besoin en fonds de roulement atteint 1 196 millions d’euros au 1er trimestre, soit 22,3 % des ventes. Elle permet notamment d’assurer le financement des investissements industriels nets qui s’établissent à 714 millions d’euros, en ligne avec le plan stratégique moyen-terme.

Performance opérationnelle

  • Fin Janvier, Air Liquide a annoncé être entré en négociations exclusives avec Messer en vue de la cession de ses entités en République tchèque et en Slovaquie qui comprennent au total 53 collaborateurs. Cette décision reflète la stratégie d’Air Liquide de revue régulière de son portefeuille d’activités afin d’accroître sa présence dans des régions clés, pour renforcer sa densité géographique, et dès lors sa performance.
  • Air Liquide a annoncé début Mars être entré en négociations exclusives avec la société de capital-investissement française Hivest Capital Partners, en vue d’une cession de sa filiale CRYOPDP qui emploie plus de 250 collaborateurs dans 12 pays. CRYOPDP fournit des solutions de transport internationales sous température dirigée aux secteurs de la recherche clinique et de la thérapie cellulaire et génique. Cette décision correspond à la stratégie d’Air Liquide de révision régulière de son portefeuille d’actifs afin de se concentrer sur les activités ou territoires clefs du Groupe et ainsi maximiser ses performances.
  • Air Liquide a annoncé début Avril être entré en négociations exclusives avec la société de capital-investissement EQT, en vue d’une cession éventuelle de sa filiale Schülke & Mayr GmbH, un leader mondial de la prévention des infections et de l'hygiène. Ce projet de cession correspond à la stratégie d’Air Liquide de révision régulière de son portefeuille d’actifs afin de se concentrer sur ses activités principales dans le domaine des gaz et de la santé, et ainsi de maximiser ses performances.
  • Fin Mars, Air Liquide lance avec succès une émission obligataire long terme d’un milliard d’euros. Les fonds levés permettront au Groupe de refinancer par anticipation les échéances obligataires de Juin 2020, et de continuer à financer de manière durable sa croissance à long terme, et ce dans des conditions très compétitives. Cette émission bénéficie d’une notation « A- » par Standard & Poor’s et « A3 » par Moody’s.

 

Perspectives

Ce premier trimestre est enlégère croissance malgré la propagation à l’ensemble du monde de l’épidémie de Covid-19 à partir du mois de janvier, avec pour corollaire la mise en place dans le Groupe de plans de continuité d’activité dans la quasi totalité des branches d’activités.

Les ventes atteignent 5,4 milliards d’euros, dont 5,2 milliards pour l’activité Gaz & Services, en croissance de+ 1,1 % en comparable. Cette bonne tenue des ventes reflète lasolidité du modèle économique du Groupe, caractérisé par la diversitéde ses marchés et de ses géographies, ainsi que la part importante de contrats de long terme. Ainsi, Gaz & Services et Marchés Globaux & Technologies progressent ; l’activité Ingénierie & Construction est elle en fort repli, reflétant notamment le report des chantiers pour les clients tiers à une date ultérieure.

En Gaz & Services, 96 % de l’activité du Groupe, la croissance est particulièrement forte dans les activités Santé à + 10 % et en Électronique. Sur le plan géographique, l’Europe et les Amériques restent en croissance, tandis que la zone Asie-Pacifique a été plus pénalisée par la situation sanitaire, notamment en Chine.

Dans le contexte d’urgence sanitaire mondiale, le Groupe se mobilise. D’une part pour participer à l'effort de solidarité internationale, qu’il s’agisse de l’approvisionnement des établissements de soins en oxygène médical ou en respirateurs, avec notamment l’engagement de produire en France 10 000 respirateurs en 50 jours. D’autre part, un programme renforcé de contrôle des coûts a été initié pour aller au delà de l’objectif annuel de 400 millions d’euros d’efficacités. Au 1er trimestre, 91 millions d’euros d’efficacités ont été générés.

Le cash flow, quant à lui, est élevé et s’établit à plus de 22 % des ventes. Par ailleurs, le Groupe a renforcé sa position en termes de liquidités avec une émission obligataire, largement sursouscrite, de 1 milliard d’euros en mars.

Les décisions d’investissement du trimestre demeurent élevées à plus 700 millions d’euros. L’enveloppe prévue pour l’année est maintenue, dans le cadre d’une approche très ciblée. Ces investissements contribueront à la croissancefuture et au renforcement de l’efficacitédu Groupe.

A la fin du 1er trimestre 2020, l’activité est en cours de reprise en Chine, alors que les zones Europe, Amériques et Afrique Moyen-Orient traversent la phase critique de la crise sanitaire, dont les effets les plus importants sont anticipés au 2ème trimestre.

En effet, au 2ème trimestre la demande en gaz de l’air dans la Grande Industrie devrait être plus faible dans la Sidérurgie et dans une moindre mesure la Chimie. L’activité Industriel Marchand devrait être la plus affectée, en particulier les volumes de gaz en bouteilles, alors que l’Électronique devrait maintenir son niveau d’activité. Les équipes de la Santé resteront fortement mobilisées, notamment pour assurer l’approvisionnement des hôpitaux et des patients en gaz médicaux, respirateurs, et en gels hydroalcooliques.

Une fois la période de confinement terminée, une reprise progressive est anticipée, soutenue en particulier par les marchés de la consommation, l'Électronique et la Santé.

En matière d’environnement sanitaire et économique, l’hypothèse la plus largement partagée aujourd’hui est celle d’un second trimestre très impacté par la crise, puis d’une levée progressive des mesures de confinement entre la fin du deuxième et le début du troisième trimestre, selon les continents. Dans cette hypothèse, compte tenu de la solidité de son modèle et des mesures mises en place en 2020, Air Liquide est néanmoins confiant dans sa capacité à augmenter à nouveau sa marge opérationnelle et à réaliser un résultat net proche de celui de 2019, à taux de change constant.

Il convient de noter que le résultat net 2020 publié devrait être en croissance si le projet de cession de la filiale Schülke se réalise pendant l’année. Le résultat net récurrent 2020, c'est à dire hors plus value liée à la cession de Schülke et hors éléments exceptionnels significatifs, devrait être proche du résultat net récurrent 2019 à taux de change constant.

Annexes - Indicateurs de performance

Les indicateurs de performance utilisés par le Groupe qui ne sont pas définis directement dans les états financiers ont été préparés en conformité avec la position de l’AMF 2015-12 sur les indicateurs alternatifs de performance.

Ces indicateurs sont les suivants :

  • Impact du change, de l’énergie et du périmètre significatif
  • Variation comparable du chiffre d’affaires

Impacts du change, de l’énergie et du périmètre significatif

Les gaz pour l’industrie et la santé ne s’exportant que très peu, l’impact des variations monétaires sur les niveaux d’activité et de résultat est limité à la conversion des états financiers en euros pour les filiales situées en dehors de la zone euro. L’effet de change est calculé sur la base des agrégats de la période convertis au taux de change de la période précédente.

Par ailleurs, le Groupe répercute à ses clients la variation des coûts de l’énergie (gaz naturel et électricité) à travers une facturation indexée intégrée à leurs contrats moyen et long termes. Cela peut conduire à une variation significative des ventes (principalement dans la Branche d'activité Grande Industrie) d'une période à l'autre selon la fluctuation des prix de marché de l'énergie.

Un effet énergie est calculé sur les ventes de chacune des principales filiales de l’activité Grande Industrie. Leur consolidation permet de déterminer l’impact énergie pour le Groupe. Le taux de change utilisé est le taux de change moyen annuel de l’année N-1. Ainsi, au niveau d’une filiale, la formule suivante donne l’impact énergie, calculé respectivement pour le gaz naturel et pour l'électricité :

Impact énergie =
Part des ventes indexée sur l'énergie année (N-1) x (Prix énergie moyen année (N) - Prix énergie moyen année (N-1))

Cet effet de l’indexation du gaz naturel et de l’électricité n’a pas d’impact sur le résultat opérationnel courant.

L’effet de périmètre significatif correspond à l’impact sur les ventes de toute acquisition ou cession de taille significative pour le Groupe. Ces variations de périmètre sont déterminées :

  • pour les acquisitions de la période, en déduisant des agrégats de la période la contribution de l'acquisition,
  • pour les acquisitions de la période antérieure, en déduisant des agrégats de la période la contribution de l'acquisition allant du 1er janvier de la période en cours jusqu'à la date anniversaire de l'acquisition,
  • pour les cessions de la période, en déduisant des agrégats de la période précédente la contribution de l'entité cédée à compter du jour anniversaire de la cession,
  • pour les cessions de la période antérieure, en déduisant des agrégats de la période précédente la contribution de l'entité cédée.

Variation comparable du chiffre d’affaires

Il s’agit de la variation du chiffre d’affaires de la période, retraités des impacts duchange, de l’énergie et du périmètre significatif décrits ci-dessus. Pour le 1er trimestre 2020, elle est calculée de la manière suivante :

(en millions d’euros)

T1 2020

Variation
T1 2020/2019
Publiée

Effet de
change

Effet du
gaz
naturel

Effet de
l'électricité

Effet de
périmètre
significatif

Variation
T1
2020/2019
Comparable

Chiffre d'affaires

 

 

 

 

 

 

 

Groupe

5?370

- 1,3 %

42

-103

-31

-13

+ 0,6 %

Effets en %

 

 

+ 0,8 %

- 1,9 %

- 0,6 %

- 0,2 %

 

Gaz & Services

5?191

- 0,9 %

40

-103

-31

-13

+ 1,1 %

Effets en %

 

 

+ 0,8 %

- 2,0 %

- 0,6 %

- 0,2 %

 

La présentation de la publication est disponible à partir de 9h00 (heure de Paris) sur www.airliquide.com
Tout au long de l’année suivez l’actualité d’Air Liquide sur @AirLiquideGroup

PROCHAINS RENDEZ-VOUS
Assemblée Générale Mixte :
5 mai 2020

Date de détachement du coupon :
11 mai 2020

Mise en paiement du dividende :
13 mai 2020

Résultat du 1er semestre 2020 :
30 juillet 2020

Air Liquide est un leader mondial des gaz, technologies et services pour l’industrie et la santé. Présent dans 80 pays avec environ 67 000 collaborateurs, le Groupe sert plus de 3,7 millions de clients et de patients. Oxygène, azote et hydrogène sont des petites molécules essentielles à la vie, la matière et l’énergie. Elles incarnent le territoire scientifique d’Air Liquide et sont au cœur du métier du Groupe depuis sa création en 1902.

Air Liquide a pour ambition d’être un leader de son industrie, d’être performant sur le long terme et de contribuer à un monde plus durable. Sa stratégie de transformation centrée sur le client vise une croissance rentable, régulière et responsable dans la durée. Elle s’appuie sur l’excellence opérationnelle et la qualité des investissements, de même que sur l’innovation ouverte et l’organisation en réseau mise en place par le Groupe à l’échelle mondiale. Grâce à l’engagement et l’inventivité de ses collaborateurs pour répondre aux enjeux de la transition énergétique et environnementale, de la santé et de la transformation numérique, Air Liquide crée encore plus de valeur pour l’ensemble de ses parties prenantes.

Le chiffre d’affaires d’Air Liquide s’est élevé à 22 milliards d’euros en 2019. Ses solutions pour protéger la vie et l’environnement représentent plus de 40 % de ses ventes. Air Liquide est coté à la Bourse Euronext Paris (compartiment A) et appartient aux indices CAC 40, EURO STOXX 50 et FTSE4Good.